3rueSthonore

3rueSthonore

Un Letterboxd bien années 60, bien nouvelle vague.

Favorite films

  • Contempt
  • La Collectionneuse
  • The Umbrellas of Cherbourg
  • Eyes Wide Shut

Recent activity

All
  • Dr. Strangelove or: How I Learned to Stop Worrying and Love the Bomb

    ★★★★★

  • The English Patient

    ★★★★

  • Encore heureux

    ★★½

  • La Jetée

    ★★★★★

Recent reviews

More
  • Dr. Strangelove or: How I Learned to Stop Worrying and Love the Bomb

    Dr. Strangelove or: How I Learned to Stop Worrying and Love the Bomb

    ★★★★★

    Il faut sans doute se mettre complètement dans le contexte de la guerre froide pour apprécier l'ironie mordante de Stanley Kubrick, dans ce "Docteur Folamour" qui est, je pense, le seul film de son époque à traiter la peur du conflit nucléaire avec le sourire, même si c'est le sourire crispé du condamné... Kubrick y ridiculise l'état-major américain de manière admirable, mais y fait preuve également d'une incroyable violence.

  • The English Patient

    The English Patient

    ★★★★

    Un solide drame sur fond de 2nde guerre mondiale, où se mêlent espionnage, adultère, et romance à haut risque. On pourra lui reprocher à d'être un peu long, surtout au départ, mais c'est le seul défaut du film. L'histoire d'amour sur fond de désert est très belle, les acteurs sont très bien choisis et dirigés tandis que les relations complexes entre personnages sont judicieusement exploitées. Un drame à voir, ne serait-ce que pour les 9 oscars qu'il a récolté.

Popular reviews

More
  • Blue Is the Warmest Color

    Blue Is the Warmest Color

    ★★★★½

    Un point me semblait important à clarifier.

    En surface c’est un film de propagande sur l’homosexualité qui, à l’époque, tombait à pic puisqu’on était en plein débat sur le mariage pour tous.

    En réalité ? Un film profondément marxiste. Kechiche traite de la lutte des classes. La relation non assumée chez les prolétaires face à l’acceptation chez la gauche caviar. Les pattes à la bolognaise face aux huîtres et au vin. Le lycée de banlieue face aux beaux arts. Léa…

  • Au Hasard Balthazar

    Au Hasard Balthazar

    ★★★★

    Il doit y avoir 3-4 cinéastes dont le style est reconnaissable et Robert Bresson est de ceux-là. Il est à la fois d’une précision chirurgicale et va à l’essentiel.