RSS feed for AEC

Favorite films

Recent activity

All

Recent reviews

More
  • Dwelling in the Fuchun Mountains

    Dwelling in the Fuchun Mountains

    ★★★★

    C'est de plus en plus rare, les films qui confondent réellement, qui épatent et qui apparaissent en tout point essayer quelque chose de neuf. Gu Xiaogang signe un premier film qui me semble être passé injustement inaperçu (malgré avoir fait la clôture de la Semaine de la Critique à Cannes), dont l'audace formelle est absolument redoutable. Premier d'une trilogie annoncée intitulée « A Thousand Miles Along the Eastern Yangtze » (inspirée, sans doute, de la peinture sur rouleau « Ten Thousand…

  • The Inland Sea

    The Inland Sea

    ★★★½

    L'orientalisme léger de Donald Ritchie (du moins, le genre de généralisation qui me rend mal à l'aise face à l'écriture de voyage ; il ne faut pas non plus oublier qu'il s'agit d'un texte des années 70) est, je dois dire, joliment contrecarré par ses excellentes observations sur la position dudit voyageur, ses détours, de même que par l'humilité de son ton et la rigueur bibliographique dont il fait preuve quand il s'avance en terre étrangère. Et le fait que sa voix est si suave et réconfortante que je voudrais bien qu'il narre ma vie entière.

Popular reviews

More
  • The Irishman

    The Irishman

    ★★★★½

    « Everybody’s dead ». Du dispositif de narration gériatrique, au maquillage numérique (qui prend un certain temps d’ajustement, on va se le dire), voici un film conçu de bout en bout — et sur trois pivots précis — pour évacuer le film de gangster de tout glamour, de toute flamboyance. (La mise-en-scène de Scorsese est en cela très sobre, très simple, « télévisuelle » même — pour ce que ça veut encore vouloir dire; beaucoup de gros plans et de plans moyens…

  • The Lighthouse

    The Lighthouse

    ★★★★

    C’est un peu comme la première fois où t’es confronté à Jack Nicholson dans le labyrinthe, hache à la main, mais remplace la neige dans sa face par de la pluie noire comme de l’encre, et Stephen King par Lovecraft et Melville... à quoi t’ajoute un solide vibe de drone metal.