Jeanne Dielman, 23, Quai du Commerce 1080 Bruxelles

Jeanne Dielman, 23, Quai du Commerce 1080 Bruxelles ★★★★½

Jeanne Dielman, 23, Quai du Commerce, 1080 Bruxelles ou l'anti Interstellar.

Il est vrai qu'il est plus probable de rencontrer une femme au foyer vendre sa chatte pour nourrir son fils que de rencontrer un tocard partir dans l'espace pour sauver le genre humain.

Chantal Akerman s'intéresse à des vrais problèmes qui ont lieu dans le monde réel. Jeanne Dielman dépeint de manière réaliste la vie monotone et redondante d'une mère de famille. Et quoi de plus pertinent que de prendre le spectateur comme témoin direct de cette vie, et des tâches qui occupent la vie de Jeanne. Les différentes tâches ménagères sont mises en scène en temps réel, Jeanne épluche des pommes de terre ou fait du café et on y croit vraiment, on ressent cette authenticité. Il n'y a pas d'échappatoire, pas de "cut", les scènes durent et la monotonie et l'ennui de Jeanne se font vraiment ressentir.

Néanmoins Jeanne s'éloigne peu à peu de la redondance dépeinte lors du premier jour. L'emploi du temps bien calibré est de plus en plus chamboulé, elle rate son café, sa place habituelle au café du coin est occupée par quelqu'un d'autre, elle ne parvient pas à trouver un bouton pour réparer une veste. Le personnage de Jeanne est au fur et à mesure du film poussé à bout par cette vie bien normée.
Je ne sais s'il existe quelque chose de plus beau et de plus touchant qu'une mère qui se sacrifie pour son fils.

Jeanne Dielman est un film radical qui prouve que l'on peut faire passer un message féministe sans tomber dans le ridicule et dans la moraline du style "ouin ouin les méchants zommes oppressent les gentilles femmes. Ils sont trop méchants."

Jeune faquin fan d'Interstellar et de Tenet, defaquinise toi en visionnant Jeanne Dielman 23 quai du Commerce 1080 Bruxelles.